Les bases pour travailler dans la photographie d’architecture

On ne s’improvise pas photographe architecture. Ce professionnel a effectivement suivi des formations spécifiques lui permettant de jouer sur divers paramètres, afin de mettre en valeur les principaux atouts d’un édifice. Tout au long de sa carrière, il doit aussi cultiver tout un éventail de qualités, dont le sens de l’écoute, pour mieux cerner les attentes de ses clients.

Gestion de la lumière

La gestion de la lumière est un des défis quotidiens auxquels fait face un photographe architecture. Il s’agit ici de se référer à quatre paramètres, à savoir les contrastes, les ombres, les textures et les reflets engendrés par la lumière sur un bâtiment. Le professionnel peut alors être amené à tester plusieurs expositions, quitte à faire du bracketing, comprendre prise de la même photo à différents expositions, pour les fusionner dans Lightroom.

Utilisation d’un fish-eye

Pour garantir la réussite d’une photographie d’architecture, un fish-eye (grand-angle) est très recommandé. Ce type d’appareil permet de capterunédifice dans son intégralité. Dans le cas d’un gratte-ciel, une prise de vue panoramique est le mieux indiquée pour en shooter la ligne.

Coucher de soleil

Les prises de vue au coucher du soleil promettent aussi des résultats exceptionnels. En été, on parle d’heure bleue (golden hour)qui offre une lumière surnaturelle.Le recourt à une grande ouverture, une longue exposition, ainsi qu’à des ISO faibles est ici conseillé. Pour créeruneatmosphère unique, on peut aussi jouersur les ombres des derniers rayons de soleil.

La distorsion

Les bâtiments imposants s’avèrent difficiles à photographier, même pour un photographe architecture professionnel.Ils sont souvent déformés sur les photos. L’utilisation de la distorsion permet de pallier ce souci. On peut ainsi créer des points de vue exceptionnelsqui permettent en en même temps de mettre l’accent sur l’impression de grandeur offert par les bâtiments.

Le souci des détails

La photographie d’architecture est loin d’être confiné au seul domaine des lignes droites et des angles rectilignes. Lors des prises de vues, les rondeurs, le dynamisme et le mouvement entrent aussi en jeu. Mieux vaut alors savoir suivre les courbes des sujets architecturaux et capterdes cercles qui se cachent dans les structures, en vue de résultats dépassant les espérances.

Utiliser le paysage

La photographie d’architecture ne consiste pas non plus à se limiter à des façades. Il faut aussishooter le reste du paysage, mais aussi les passants et les végétaux : une manière de procurer plus de vie à ses photos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.